Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 00:49

1936Rashid_3.jpg9404. Depuis le 7 juin dernier, jour du lancement de l’opération, nous sommes 9404 personnes en France à nous être intéressées au sort des chrétiens pakistanais, qui vivent sous une menace croissante du fait de la loi anti-blasphème. Une loi qui justifie les progroms de chrétiens, de sikhs, d'ahmadis, bref de tous les non-musulmans. Cela fait en moyenne pas tout à fait 214 personnes par jour. Pas si mal, me direz-vous. Mais les choses sont un peu moins simples. Les premiers jours, les signatures ont afflué : l’Aide à l’Eglise en Détresse a activé ses réseaux, ses donateurs, et les gens ont signé. Mais très vite, le compteur s’est mis à tourner au ralenti. Le 7 juillet dernier à 22h40, il y avait 9113 signatures. Cela fait une vingtaine de personnes par jour depuis deux semaines.

Est-ce à dire qu’en France, il n’y a même pas 10.000 personnes qui se soucient de ce millier de chrétiens emprisonnés, parfois battus ou tués, simplement parce qu’un voisin a assuré les avoir vus déchirer un Coran, ou dire du mal du Prophète ? La loi anti-blasphème est ainsi faite que cela suffit à vous placer en détention. Et c’est ce qui peut vous arriver de moins pire, comme nous le verrons plus bas.

Depuis plusieurs mois, je lis les nouvelles du Pakistan sur l’excellent site d’information des Mission Etrangères de Paris. Et en apprenant, chaque semaine, le cœur serré,  les terribles nouvelles de nos frères pakistanais, je m’interroge. Pourquoi si peu de monde se soucie-t-il du sort des chrétiens pakistanais ? Est-ce une question d’images ? Elles existent pourtant. Et elles sont épouvantables. Peut-être, si vous les voyiez, iriez-vous immédiatement signer la pétition réclamant l’abrogation de la loi anti-blasphème. Laissez-moi vous présenter le visage des derniers martyrs pakistanais.

 

Voici deux frères, Rashid et Sajid. C'est Rashid que l'on voit au début de cet article. Ci-contre, il s'agit672Sajjid 3 de Sajid. Lui et son frère ont été abattus à la sortie du palais de justice alors même qu’il était démontré que  l’accusation de blasphème les concernant avait été montée de toutes pièces. Quelques jours auparavant, des leaders musulmans avaient lancé des appels au meurtre, et des centaines d’émeutiers avaient mis à sac le quartier chrétien de Faisalabad.

Le 20 juin dernier, c’est un chrétien de 73 ans qui s’est retrouvé incarcéré suite à la plainte d’un voisin musulman avec lequel il avait un différend foncier. Il croupit dans sa geôle en attendant le verdict ; rappelons qu’il risque dans le meilleur des cas une amende, et au pire la peine de mort ou la prison à vie.

 

  

Zeeshan Joseph (SLMP's team member) and Kiran in Mayo HospiIl y a eu la terrible histoire de Shazia Shaheen, que vous pouvez relire ici. Mais le 10 mars dernier, c’est une autre petite fille de 10 ans qui est morte brûlée vive, après avoir été « épousée » et convertie de force par un musulman, qui l’a mise enceinte. Kiran George (ci-contre) a eu le courage de s’enfuir pour se mettre sous la protection de la police ; celle-ci a refusé d’enregistrer sa plainte, et il est probable qu’elle a prévenu le « mari » : celui-ci a réagi en la brûlant vive.

 

 

 

Vous en voulez encore ? Voici Arshed Masih. Je laisse la parole à l’agence de presse des MEP, Eglises d’Asie : « Le 23 mars, c’est toute une famille de chrétiens au service d’un riche musulman de Rawalpindi qui a vu sa destinée brisée. Arshed Masih et sa femme Martha travaillaient depuis cinq ans, lui comme chauffeur, elle comme domestique, pour Sheikh Mohammad Sultan. Pour une raison ou une autre, celui-ci a voulu se séparer de ses deux employés et leur aPakistan-Arshed-Masih.jpg demandés de se convertir à l’islam s’ils voulaient rester à son service. Devant le refus d’Arshed Masih et de son épouse, les menaces se sont faites plus pressantes et le couple a été accusé d’avoir volé des objets de valeur. Niant être l’auteur du vol et refusant de céder à la demande de conversion, Arshed Masih a été brûlé vif par son employeur le 19 mars et sa femme violée par des policiers habitant en face du domicile de Mohammad Sultan. Après trois jours d’agonie, Arshed Masih est mort à l’hôpital de la Sainte-Famille à Rawalpindi. Agé de 38 ans, il laisse trois orphelins de 7 à 12 ans qui, semble-t-il, ont assisté au calvaire de leurs parents. »

 

Je m’arrêterai là pour les photos. Et je reste avec mon amertume. Pourquoi seulement 9404 ? Le seul espoir des chrétiens pakistanais, c’est que l’opinion internationale se mobilise pour faire pression sur leur gouvernement afin que cette loi anti-blasphème soit purement et simplement abrogée. Et c’est jouable. Le pouvoir pakistanais est un pouvoir qui ne tient que parce que l’Occident le veut bien. Alors que font Reporters sans frontières, Amnesty International ?Pourquoi n’informent-ils pas l’opinion publique ? Pourquoi l’AED est-elle seule à monter au front ?

Une première recherche sur le site d’Amnesty International m’informe que la recherche Pakistan + blasphème donne 3 résultats. J’apprends donc dans la première dépêche qu’un vieil homme soufi (courant musulman hétérodoxe) a été condamné à mort pour blasphème le 5 septembre 2000. La seconde dépêche m’explique que cinq journalistes ahmadis (autre courant musulman hétérodoxe) ont été poursuivis pour le même chef d’inculpation en avril 1994. Aucune des deux dépêches ne mentionne le sort des autres minorités religieuses, dont les chrétiens. En juillet de la même année, Amnesty publie un rapport sur cette fameuse loi : les chrétiens y figurent (enfin, si j’ose dire) en bonne place. Mais les années passent, la situation empire et les chrétiens semblent disparaître des préoccupations d’AI : plus aucune condamnation de chrétien n’est rapportée sur leur site depuis le 18 juin 2007. Mieux : en août 2009, une nouvelle déclaration publique de l’ONG demande au gouvernement pakistanais de prendre des mesures pour abroger d’ici un an la loi anti-blasphème. Le seul exemple cité est celui des cinq Ahmadis, qui remonte à janvier 2009. Pas un mot de la plainte contre onze chrétiens de juillet de la même année, qui avait déclenché un véritable pogrom dans le village de Bahmani Wala où 112 familles chrétiennes vivaient.

Peut-être aurai-je plus de chance sur le site de Reporters sans frontières. La liberté d’expression, c’est un peu leur truc, non ? Je jette donc un œil. Et là, il m’a fallu, je vous l’avoue, frotter mes yeux plus d’une fois à la lecture du communiqué de RSF. Lisez vous-mêmes :

Dans une résolution adoptée à Strasbourg le jeudi 20 mai 2010, le Parlement européen a demandé au Pakistan de « revoir en profondeur » ses lois sur le blasphème qui ouvrent selon lui la voie à « tous les abus ». […]

Nous saluons bien entendu la démarche du Parlement européen et la légitimité des demandes qu’il adresse au Pakistan. Nous attirons cependant l’attention des parlementaires sur la nécessité de revoir dans le même temps les législations européennes en la matière. Il est peu cohérent de demander à un Etat tiers de revoir en profondeur ses lois sur le blasphème quand on continue à accepter en Irlande l’existence d’une loi instituant le blasphème en délit, puni par des amendes pouvant aller jusqu’à 25 000 euros[…].

D’autres pays européens (Portugal, Danemark et Pologne entre autres) disposent encore de lois similaires qui prescrivent toujours des peines de prison et des amendes importantes. Même si elles ne sont que très rarement appliquées, leur existence constitue une limite à la liberté d’expression, incompatible avec les standards démocratiques européens. Il est impératif que les députés européens prennent position avec la même fermeté pour que ces législations soient définitivement retirées du droit européen. Les résolutions du Parlement sur ce sujet s’en trouveraient considérablement renforcées .

A l’heure où le caricaturiste suédois Lars Vilks ne peut plus faire de conférence sur les possibilités de brocarder les religions sans s’exposer à des agressions et à l’attaque de sa maison par des jets de cocktails Molotov, il nous semble important que le Parlement européen rappelle aux Etats membres que si la Charte des droits fondamentaux garantit dans son article 10 la liberté de culte, elle garantit aussi dans son article 11 la possibilité de critiquer des religions, et par extension le blasphème.

 

J’aimerais bien vous montrer les visages des martyrs irlandais, portugais, danois et polonais, victime de ces épouvantables législations européennes, mais bizarrement j'ai eu toutes les peines du monde à les trouver. Et pour cause.

La loi irlandaise, promulguée en 2010, vise à protéger de « toute publication grossièrement injurieuse et abusive envers les croyances sacrées de toutes les religions, qui causerait un outrage à un nombre conséquent de membres de cette religion, à quelques exceptions près ». N’en déplaise à RSF, tous les pays européens n’ont pas le même rapport à la laïcité que la France. Cette loi visait simplement à étendre aux autres croyances la protection dont jouissait de manière exclusive jusque-là la religion catholique. Même chose au Danemark, où la loi n’a jamais été invoquée. En Pologne, une loi similaire a servi en 2003 pour condamner une « artiste » ayant réalisé un crucifix avec des organes génitaux en son centre, ce qui a lui a valu une notoriété que son talent seul n’aurait jamais permise.

La réaction de RSF est parfaitement indécente. Ecœurante. Et inquiétante. A un degré tel de confusion des genres, que dire ?

La seule chose que l’on peut faire, c’est soutenir les chrétiens du Pakistan en signant l’une des pétitions. Celle de l’AED, ou celle des immigrés chrétiens pakistanais de Grande-Bretagne. Faites circuler l’information par mail, par téléphone, dans vos paroisses, vos immeubles. Il faut que cette loi soit abolie.

Maintenant vous savez.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Pakistan
commenter cet article

commentaires

Ren' 22/11/2010 20:14



Je découvre cette article -et votre point de vue sur la différence de médiatisation sur ce problème- alors que je viens de poster ce WE un article (un vrai, celui-là, avec ses sources ^^)
pointant cette même différence dans un cas moins dramatique mais malgré tout préoccupant sur mon autre blog (un blog collectif lancé il y a peu avec une amie juive et un ami musulman) : http://dialogueabraham.wordpress.com/2010/11/21/linvasion-des-profanateurs/


...De la même manière que je remerciais mon amie Ahouva pour son regard sur cette différence politico-médiatique, je vous remercie également.



Irène 15/08/2010 17:58



@ Nystagmus: Merci.


Et je viens de faire aussi un billet sur cette ce qui se passe au Pakistan (lien dans ma signature).



Nystagmus 15/08/2010 19:35



Je l'avais lu, merci à vous! Et je le recommande ;)



Irène Delse 14/08/2010 20:05



Heu... L'une des raisons pour lesquelles la pétition ne reçoit pas autant de signatures qu'elle pourrait, c'est peut-être le langage très chrétien qu'elle emploie?


"En signant cette pétition (...) - Vous rejoignez la grande chaîne de prière pour le peuple pakistanais"


Je sais que cela part des meilleurs sentiments, mais il y a de quoi faire reculer pas mal de laïques...



Nystagmus 15/08/2010 17:51



Vous avez absolument raison; cette pétition s'adresse même aux catholiques plus encore qu'aux chrétiens, et on peut le regretter - cela n'explique pas pour autant l'indifférence et l'inertie des
ONG laïques.


Parenthèse qui n'a rien à voir, j'aime beaucoup vous lire ;)



romain blachier 12/08/2010 15:03



Je viens d'y aller moi aussi de mon billet



Nystagmus 12/08/2010 18:15



Merci Romain! Permettez que j'en donne le lien: http://www.romainblachier.fr/2010/08/pakistans-chr%C3%A9tiens-silence.html#more



Michel Courtois 06/08/2010 07:51



L'information est devenue difficile à lire, tellement elle est dense. Un choix s'impose dans ses lectures, là où on peut se sentir le plus expert, ou le plus concerné. Par votre blog, j'ai fait
le choix d'un complément d'information via une professionnelle chrétienne et sensible aux pauvretés qui crèent avant tout de la marginalisation. Oubliez, laissez de côté, devenir indifférent, là
est le vrai non-amour.


Cet article s'inscrit dans mes attentes. J'ai signé et fait suivre la pétition.


Sans oublier d'être attentif aux besoins locaux, je vous remercie pour ces quelques minutes de lectures qui m'ont permis d'étendre ma prière à nos frères marginalisés et à leurs bourreaux.



Présentation

  • : Nystagmus
  • Nystagmus
  • : L'oeil d'une journaliste catholique dans le tourbillon de l'actu
  • Contact

En 140 signes

Recherche