Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 15:43

Photo: Joaquim Dassonville pour la revue Mission

tziganes_2007.jpgL’été, le saviez-vous, est aussi la saison des marronniers. Dès les premiers rayons de soleil, voilà que les régimes miracles s’empilent dans les kiosques, tandis que les dermatologues peaufinent leur discours sur le capital solaire. Et quelque part entre « les filières courtes qui décrochent les bons jobs » et les soldes, il n’est pas un journal local qui ne titre sur Vie et Lumière, la mission évangélique des Tsiganes.

 

Alors je profite de ce que mes estimés amis Pierre-Baptiste Cordier et Henrik Lindell aient porté à ma connaissance le texte de la Fédération protestante de France sur les Tsiganes pour vous parler plus particulièrement de la moitié d'entre eux: les Tsiganes évangéliques.

Un trait significatif de la méconnaissance profonde de beaucoup pour ces concitoyens-là tient en un mot : évangéliste. Une bonne part de la presse quotidienne régionale patine : le Midi Libre, que ce soit dans sont édition de Montpellier ou de Bagnols, La Provence, La Dépêche, Le Dauphiné Libéré,  L’Union. Car ces gitans sont évangéli-ques, et non évangéli-stes. Et j'y apprends également, un poil étonnée tout de même, que le dimanche, ils vont à la messe et non au culte. Détails ? Pas tant que ça. Outre que personnellement ça me gonflerait assez de m’entendre appeler catholiste quand je suis catholique et que l'on appelle bonze mon curé, ma maman m’a toujours répété que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement » - j’ai appris bien des années plus tard qu’elle avait plagié Boileau. Cela dit, on peut compliquer un peu les choses, juste pour sourire : certains sont en même temps évangéli-stes, c’est-à-dire qu’ils ont dans leur église un ministère bien précis d’annonce de la Bonne Nouvelle, ministère qui cohabite avec le ministère de pasteur, d’ancien, de diacre, etc. Ce qui fait d’eux des évangéli-stes évangéli-ques. Ou le contraire.

Or les évangéliques, c’est bien simple, on n’y comprend rien. A part le fait que ce sont des suppôts de Bush. Des convertis-par-les-missionnaires-américains, qui se roulent par terre la bave aux lèvres en hurlant « Jésus, Jésus ! », sisisi, je l'ai même vu à la télé. Quand en plus ils sont tsiganes (autant dire des voleurs de poules), alors c’est le pompon.

Sébastien Fath, dans ce qui est à mon sens son meilleur ouvrage, avait pourtant brillamment nuancé les choses. On apprenait par exemple, au fil des pages, que si vous croisez un réformé en Bretagne, c’est qu’il n’est probablement pas Breton de souche. Car les protestants historiques en Bretagne ne sont pas calvinistes, mais méthodistes, c’est-à-dire évangéliques, et ce depuis le début du XIXe siècle. Que les évangéliques américains ne le sont que grâce à une poignée d’Européens issus de la Réforme radicale. Et en tout cas que ces chrétiens-là sont bien chrétiens, avec une histoire de plusieurs siècles, qui n’a rien à envier à la nôtre ; ce sont même eux qui ont fondé les Etats-Unis bien avant qu’ils ne soient les Etats-Unis.

La Pennsylvanie ? Elle tire son nom de William Penn, le fondateur des Quakers, fondateur d’une colonie chrétienne utopiste depuis 1682. Le Massachussets ? Par les puritains, qui avant d’être une insulte étaient des Anglais du XVIe siècle. Rhode Island, capitale : Providence ? Par un théologien baptiste venu réaliser sur place l’idéal de paix et de fraternité qui l’habitait (notamment avec les Indiens) et fonder une colonie utopique, où la liberté religieuse était le principe absolu, y compris – et c’est suffisamment unique au XVIIe siècle pour être souligné  - pour les Juifs et les musulmans.

Mais revenons à nos Tsiganes. Ah ! On me signale dans l’oreillette que ce terme-là n’est pas clair non plus. Tsiganes, c’est quoi ? Ben les gens du voyage. Oui, les Manouches, les Roms, les Gitans, les Bohémiens quoi. Peu importe, m’assure la voix dans mon oreillette : on voit en gros de qui il s’agit.

Bon. Je ne vous referai pas le coup de "catholiste", Boileau, ma mère, etc. Mais le problème est encore là. Je vous renverrai donc à l’excellent site d’A part entière pour une information détaillée.

Or ces Tsiganes évangéliques sont et font l’objet, chaque année, de bras de fer plus ou moins musclés de la part des autorités municipales où ils posent leurs caravanes. En général, le schéma est toujours le même : ils demandent à stationner sur le territoire d’une commune, dans l’une des aires d’accueil prévues par la loi, qui se révèle trop petite, insalubre ou inexistante ; ils se mettent alors ailleurs (sur un stade, dans une aire privée, etc), le maire prend un arrêté d’expulsion, les gens du voyage attaquent la légalité de l’arrêté auprès du tribunal administratif, et qu’ils perdent ou gagnent, cela leur laisse le temps de rester les quelques jours prévus. Parfois, cela se passe plutôt bien, comme ici ou là ; parfois les tensions sont palpables entre nomades et riverains, comme ou encore . Ce dernier article donne d’ailleurs toute la mesure de la situation ubuesque dans laquelle sont les gens du voyage : une commune ayant rempli son obligation légale de construire une aire d’accueil est furieuse que les Roms aient fait un campement sauvage. Or l’aire d’accueil est conçue pour… dix caravanes. Qu’étaient-ils censés faire, nos évangéliques ? Poser dix véhicules et demander aux 90 autres de rouler jusqu’à trouver une municipalité plus accueillante ?

Je vous l'avoue, la violence des commentaires postés sous les articles sus-cités m'effraie. Ce n'est même pas dans l'indifférence que ce déni de droit s'opère et se renouvelle chaque été. C'est avec le sentiment communément partagé que les choses sont bien ainsi.

 

La mission Vie et Lumière, pour mémoire, est une association tout ce qu’il y a de plus réglo, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) depuis 1975, c’est-à-dire 20 ans avant la très respectable Armée du Salut. Et les gens du voyage – pour reprendre le terme administratif – sont des citoyens français. Qui malgré tout ne disposent pas des mêmes droits que tout le monde, et sont l’objet d’une suspicion généralisée, ainsi que le rappelle la FPF dans son très opportun communiqué de jeudi dernier, dont voici le texte intégral :

Gens du voyage : n'ajoutons pas une injustice de plus

Communiqué de la Fédération protestante de France — 22 juillet 2010. Un groupe de personnes, gens du voyage sédentarisés, a vandalisé le centre-ville de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) en réaction au décès d’un jeune.

 

 

Un groupe de personnes, gens du voyage sédentarisés, a vandalisé le centre-ville de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) en réaction au décès d’un jeune. Les images diffusées sont violentes et font leur effet. Toute une population est alors stigmatisée alors que ces épisodes de violence relèvent du droit commun.
Rappelons que la grande majorité des gens du voyage est française même si ceux-ci ne jouissent pas des droits de tous les Français (ils ne peuvent pas voter avant 19 ans, par exemple).
Une partie importante d’entre eux est protestante et travaille activement de diverses manières à aider la population tzigane à s’intégrer.
Avant de stigmatiser ces Français, réfléchissons aux dénis de citoyenneté qui leur sont infligés. Quand aujourd’hui on veut leur appliquer la loi dans toute sa rigueur concernant les aires de stationnement par exemple, il faut se souvenir que la loi (du 5 juillet 2000) impose aux municipalités de plus de 5000 habitants de mettre à disposition des aires d’accueil et aux normes pour les gens du voyage. Ce que la majorité d’entre-elles n’a jamais fait impunément. Qui doit montrer l’exemple ?

Au délit de faciès dont souffrent quotidiennement les Tziganes, Roms et autres Manouches, qui sont sans cesse contrôlés, méprisés, suspectés, n’ajoutons pas une injustice de plus en les mettant pour des raisons troubles au pilori de la nation. »

Comme dans toute population pauvre et largement marginalisée, les délinquances sont plus visibles qu’ailleurs. Faut-il se contenter de punir ou reprendre la question fondamentale de la justice sociale ?

Jean de La Fontaine, dans Les animaux malades de la peste, mettait déjà en garde contre la tentation de crier haro sur le baudet et de condamner cyniquement les plus faibles. La Fédération protestante de France ne peut pas laisser maltraiter une part de ses membres, et plus largement appelle les pouvoirs publics à ne pas agir sans discernement et à faire respecter les obligations des communes.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Société
commenter cet article

commentaires

Fil Vert 23/08/2010 16:21



Merci à vous d'avoir dès fin juillet présenté les "interrogations et positions" de la Fédération Protestante de France... Je m'inquiétais mais la presse comme d'habitude nne les avait pas relayé.
De même pour l'épiscopat de l'Eglise Catholique... Chrétien mais sans être inféodé à une église quelconque, je pense que nous devons tous "montrer les dents" dans cette situation de grave déni
d'humanisme et de démocratie incité par ce gouvernement fantoche ! Fil Vert http://filvert.blog.lemonde.fr



Rainer Michael Mason 23/08/2010 16:05



Vous avez raison, chère Madame, d'apporter, cum grano salis, d'utiles précisions lexicographiques sur les "évangéliques". Mais, parlant de vous-même, précisez bien que vous êtes
catholique romaine ("Se qui se conçoit bien ...", à lire votre citation). En effet, tous les chrétiens se réfèrent unanimement à l'acte de foi (credo) du concile de Nicée, en
325. Tous les chrétiens appartiennent dès lors à l'Eglise (une, sainte, universelle, soit catholique, et apostolique), les protestants comme les orthodoxes, les épiscopaliens et
les coptes comme les catholiques grecs ou romains. Il convient à chaque fois de préciser l'appartenance, afin de ne pas faire accroire que seuls les catholiques (romains) seraint catholiques.
Cela est peut-être commode, mais faux. Les luthériens, les melchites (etc.) le sont tout autant. Bref, chrétiens, nous sommes tous catholiques, mais pas catholiques romains. Il va sans dire, mais
il va mieux en le disant.



Nystagmus 23/08/2010 16:18



Les melkites sont catholiques, c'est un fait. Mais je me demande quelle tête feraient mes estimés amis luthériens si je les appelais catholiques!


Catholique signifie effectivement universel, mais ce n'est pas pour autant un synonyme de chrétien. Et vous avez bien deviné que je suis catholique romaine et non syrochaldéenne, c'est que ce
n'était pas sidifficile à déduire ;)


Bien cordialement



Blaise 28/07/2010 00:16



Concernant le taux de criminalité chez les tsiganes, voici un rapport intéressant :


 


« Etude de réalisation d’aires d’accueil pour les gens du voyage dans l’arrondissement de Saint-Etienne », à la page 30 :


 


« La délinquance si l’on excepte celle liée à des infractions administratives, reste limitée, environ 5% des adultes nomades de la région
stéphanoise sont connus au “fichier”. Les incertitudes patronymiques peuvent faire penser que des familles entières sont impliquées dans des actes délictueux, d’autant que la presse retrace
volontiers dans sa rubrique ”faits divers“ les délits mettant en cause les nomades. »


 



Blaise 27/07/2010 23:34



Sur le site internet de L’Observatoire des Inégalités, on trouve un extrait d’une interview du sociologue Christophe Robert à propos
des tsiganes :


 


http://www.inegalites.fr/spip.php?article889


 


Il évoque en particulier la persécution incessante à laquelle ils doivent faire face :


 


« Une violence terrible, permanente, insidieuse, qui s’exerce au travers des contrôles administratifs, parfois des brutalités policières,
mais aussi à l’école, dans les magasins, dans la rue... Tout le temps, partout, ils croisent des regards méfiants, hostiles, affrontent la méchanceté au quotidien. Une famille veut acheter un
terrain ou un logement ? C’est le soupçon a priori sur l’origine de l’argent. Le notaire repère le patronyme courant chez les Tsiganes. Les banques refusent le prêt. Quand les professionnels
sont plus compréhensifs ou font leur travail normalement, que le dossier d’acquisition d’un terrain est bouclé, ce sont les voisins qui font pression pour le faire capoter. Pour bloquer des
projets, les particuliers comme les élus sont capables de mobiliser beaucoup, beaucoup de moyens, à toutes les étapes... Ce phénomène est complètement intégré dans les groupes tsiganes, y compris
par les enfants qui, très jeunes, développent des stratégies de défense. »


 


Il détaille les insuffisances graves de la législation à leur égard. Le fantôme de la loi de 1912 n’a pu être entièrement conjuré, hélas. Il
dénonce la non-application de la loi Besson concernant la création d’aires de stationnement, ou son application d’une manière si restrictive qu’elle ne répond pas aux besoins réels des gens.
Voici une information statistique particulièrement choquante :


 


 « […] 17 ans après son adoption, moins de 25 % des 40 000 places dont la création a été jugée nécessaire par les schémas
départementaux sont installés ! Ce texte prévoyait aussi que le préfet pouvait se substituer aux communes défaillantes. Or cette mesure coercitive n’a jamais été appliquée.


 


[…] »


 


Même quand les familles achètent un terrain, elles ne sont pas au bout de leurs ennuis : « […] Certains acheteurs d’un terrain ont
bien du mal à obtenir l’autorisation de le raccorder à l’eau et à l’électricité ou d’y installer une petite construction en dur ou un chalet. Il faut travailler sur la sécurisation de l’habitat
permanent tout en maintenant la possibilité d’un habitat mobile. Car l’habitat caravane n’implique pas nécessairement une mobilité effective. Inversement, l’existence d’un point de fixation ne
signifie pas forcément le renoncement à toute itinérance. Il peut y avoir simultanément ancrage et mobilité, c’est cela qu’il faut bien comprendre. »


 


Je renonce à faire un compte-rendu complet des difficultés auxquelles les tsiganes doivent faire face, et je vous invite à lire
l’article.



Blaise 27/07/2010 22:56



@ Xerbias


 


J’ai cité plus haut Marc Bordigoni qui met les choses au clair :


 


 - les trois quarts des tsiganes sont aujourd’hui sédentarisés.


 


 - La minorité restante (30 000 environ) mène des activités professionnelles adaptées à son
mode de vie nomade : vendeurs sur les marchés, travailleurs saisonniers.


 


- Il ne faut pas confondre les tsiganes avec les gens du voyage en général et surtout avec les Rroms qui en France sont des étrangers expatriés,
vivant dans des conditions qu’ils n’ont pas choisies.


 


En conséquence, il n’existe pas de métiers tsiganes forcément originaux. Ils gagnent leur vie comme vous et moi. En revanche, ils sont les
héritiers d’une culture authentique, mais qui a sa spécificité en fonction des régions.


 


Quant à la sédentarisation, évidemment, un changement de mode de vie aussi important que celui-là ne peut pas ne pas être sans conséquences
culturelles. Le danger, plus précisément, c’est que, noyés dans la culture dominante, ils oublient leur culture propre. Mais je me garderai bien de porter un jugement dans un sens ou dans
l’autre.



Présentation

  • : Nystagmus
  • Nystagmus
  • : L'oeil d'une journaliste catholique dans le tourbillon de l'actu
  • Contact

En 140 signes

Recherche