Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 15:38

  1-presid-illustration-vote-abstention_228.jpgJe sais pas vous, mais moi, cette campagne présidentielle, j'en ai ras la calotte. Une overdose comme j'en ai rarement eu. D'autant que, en bonne catholique, je représente une cible fort convoitée, si j'en juge le nombre d’œillades que me fait le candidat le moins bien placé pour le 2e tour. Et quand je parle d’œillades, je devrais dire drague obscène. Au point que, alors que je m'étais promis de ne pas écrire sur le sujet, me voilà à mon pupitre.

Voyez-vous, cela fait quelques jours que je ne peux plus ouvrir ma page Facebook sans avoir l’œil agressé par des affirmations péremptoires du style : ''Les cathos qui voulaient voter Hollande, lisez ça et changez d'avis !'', ou encore : ''Je pars en direction du Trocadéro pour soutenir Sarkozy, le président pour lequel je veux voter. Je ne suis pas favorable au vote blanc, ni à un certain purisme catho (motivé en apparence par la Vérité... mais qui au fond n'est pas incarné, et tremble de peur face aux spectres du laïcisme, des images médiatiques faussées et diabolisatrices de Sarko, et du binarisme manichéen gauche/droite)''. Ou bien : ''Le seul vote cohérent est le vote responsable ! Votez utile ! Votez Sarko !'' Ou ceci : ''Rappel et conseil à qui pense voter blanc, nul ou s'abstenir : Ça ne sert strictement à rien!'' Allez, un dernier pour la route : ''Excellent article synthétique qui répond admirablement aux catholiques qui seraient tentés de voter Hollande en raison de leur sensibilité de gauche ou aux belles âmes qui voudraient voter blanc''.

My God, si j'ai encore le droit de le dire.

Car je finis par me poser la question. Moi, le 6 mai, je ne voterai pas Sarkozy. Je suis donc, si j'en crois les statuts FB pré-cités, et qui proviennent de gens que j'estime, voire que j'aime : 1/ une girouette, 2/ pas incarnée et peureuse, 3/ irresponsable, 4/ un peu coconne, 5/ ''belle âme'' péchant par ''sensibilité''. Ouille, mes dents.

Mieux : si j'en crois le discours sous-jacent, je ne suis même pas une bonne catholique. Et c'est d'ailleurs ce que trois éminents prêtres tradis, dont l'abbé de Tanoüarn, que je considère comme l'un des cerveaux de prêtre les plus brillants que je connaisse – et cela dit sans ironie aucune – m'ont déjà expliqué dans une lettre qui n'est ''en aucun cas une consigne de vote'' mais dans laquelle on m'explique que le programme de François Hollande n'est pas catholique.

Plus écoeurant encore : il circule en ce moment un faux mail, attribué à un carme parisien, qui reprend toutes les prises de position du président Sarkozy en faveur de l'identité chrétienne de notre pays, des valeurs chrétiennes en général et de tout ce qui va avec'', et explique que le seul vote cohérent pour un catholique est le vote Sarko. Manque de bol, le frère Christophe Marie, joint par un mien ami, n'est absolument pas au courant qu'il a écrit ce texte. Quelqu'un a simplement usurpé son identité pour donner une crédibilité au message.

Ce dernier procédé m’écœure.

Pour le reste, j'ai le cuir solide, et rassurez-vous : je ne suis pas blottie dans mon lit à pleurer parce que mes amis n'ont pas les mêmes opinions que moi. Et je sais bien que nous sommes à la veille du deuxième tour, que les esprits s'échauffent, que la direction que prend la société - qu'elle tourne à droite ou à gauche – est terrifiante. Cela fait plusieurs années que je ne cesse de le dire à travers ce blog.

Est-ce une raison pour tomber à ce point dans l'anathème ? Cher ami blogueur-catho-de-droite, fais-moi la grâce de ne pas me penser totalement idiote. Estime-moi capable d'une réflexion, ne fût-elle pas la tienne. Épargne-moi les slogans binaires matraqués, les syllogismes trop court, la culpabilisation sourcils froncés. Tu es un grand garçon ou une grande fille, et moi aussi.

Vois-tu, je ne voterai pas Sarkozy. Je ne voterai pas Hollande non plus. Je ne voterai pas du tout, en fait. Et je l'assume. Et je vais t'expliquer pourquoi.

Cette élection du 2e tour, je la vois comme un choix pervers. Ce qu'il me faut choisir, c'est moins un président que la survie d'une des catégories de faibles de notre société. Et la perversité est là : si je choisis tel faible, je condamne tel autre. Si je vote Sarkozy, je sauve le vieillard souffrant à qui l'on explique qu'il n'est plus digne et qu'il n'a qu'à se suicider. Si je vote Hollande, je sauve le gamin sans papiers en centre de rétention. Si je vote Sarkozy, je participe au matraquage des chômeurs, dont il veut nous faire croire que ce sont des nantis passant leur temps à refuser des offres d'emploi pour continuer à buller aux frais du contribuable. Si je vote Hollande, je participe au délire collectif d'une gauche obnubilée par le contrôle étatique du sexe, qui s'arroge le pouvoir de dire par la loi ce qui est anthropologique et ce qui ne l'est pas. Voter Sarkozy ? Impossible, je déteste les ambiances sociales à couper au couteau. Voter Hollande ? Hors de question, j'ai en horreur le totalitarisme soft. Le choix qu'on me propose ? L'obsession du fric contre l'obsession du cul.

Sans moi, cher ami. La vie m'a appris que lorsqu'un choix pervers nous est proposé, le mieux est de ne pas en faire.

Et mon non-vote n'est pas une démission. Rassure-toi, j'ai lu les textes, celui de Jean-Paul II parlant du devoir de chaque chrétien de participer à la vie politique, celui de la Conférence des évêques de France, et quelques autres. Mais la participation à la vie politique se résume-t-elle au vote ? Non, Dieu merci. Cela fait longtemps que je crois, et que j'écris, que l'influence d'un groupe n'est pas tant affaire d'élections que de lobbying. D'autres que nous ont montré la voie : chapeau bas au lobby gay qui a réussi à faire en sorte qu'une élection présidentielle dans un pays au bord du gouffre puisse se jouer sur les préoccupations d'une infime partie des personnes homosexuelles; félicitations à l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité qui, à une poignée de clampins, est parvenue à imposer l'idée que le grand âge est un fardeau. Un grand bravo, vraiment. Et à très vite : c'est votre exemple qu'il faut suivre.

Le 6 mai, vive la pêche au goujon. Le 7, rendez-vous dans l'arène.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Société
commenter cet article

commentaires

Karine 07/05/2012 18:12


Article intéressant de René Poujol pour enrichir la discussion !


http://www.renepoujol.fr/ne-nous-trompons-pas-de-combat/

nina 05/05/2012 17:43


Merci pour cet article. Personnellement,après avoir longtems hésité entre Melenchon (pour les mêmes raisons que Karine) et Joly et j'ai fialement voté pour Joly.Je connais  beaucoup d'autres
catholiques engagés qui votent à gauche du pati socialiste ( au CCFD, au secours cahtolique, à la ACO, parmi les participants aux cercles de silence en soutien aux sans-papiers...) Ce sont
d'ailleurs les programmes de Mélenchon et de Joly qui sont en accord avec les propositions du CCFD  pour plus de justice et de fraternité.


J'ai du mal à comprendre  comment on peut approuver une politique ou les riches sont assistés et les pauvres insultés; je ne supporte pas la dérive xenophobe, l'obsession de
l'immigration(bravo à M.Bayrou pour l'avoir si clairement dénonçé!)Beaucoup de migrants sonts d'ailleurs des chrétiens fervents (comme de nombreux Africains, Tamouls, Haitiens...de ma paroisse)


 


Pour cequi est des questions  de la fin de vie et mariage homosexuel, la gauche me semble également plus proche des plus faibles:


Il ne faut pas compter sur Sarkozy pour développer les soins palliatifs  pour des gens qui peuvent pas  payer cher( voire la casse de l'hôpital public et le projet d'une médecine à deux
vitesses); c'est Eva Joly qui a fait les propositions les plus pertinentes à ce sujet. Et il ne faut pas oublier qu'il s'agit uniquement de la dépenalisation de l'euthanasie pour es malades qui
ont fait une demande explicite.


La lutte contre l'homophobie me semble vraiment en accord avec l'enseignement de Jésus( cequ'il dit sur le mariage n'est pas loin d'une rupture anthropologique, je trouve). N'oublions pas
que  les adolescents homosexuels se suicident  sept fois plus souvent que les autres; ce sont  les personnes homosexuelles les plus chrétiennes qui souhaitent souvent se marier.
Parmi mes élèves , beaucoup souffrent du fait que leur parents vivent leur héterosexualité de façon irrésponsable; je pense qu'ils seraient mieux avec un couple homosexuel fidèle et responsable.


Il ne faut pas se laisser impressionner par  quand Sarkozy évoque les traditions chrétiennes dont il se moque totalement( voire le travail du dimanche).


Pour finir , je ne comprends pas en quoi la droite serait  aujourd'hui plus éloignée d'une culture pornographique que la gauche; c'était particulièrement flagrant avecBerlusconi qui s'est
également permis d'évoquer les valeurs chrétiennes...

Ludovic 05/05/2012 10:12


J'apprécie votre volonté de trouver un équilibre. Comme vous j'ai des scrupules à choisir entre deux propositions qui ne sont pas enthousiasmantes. Comme vous, je suis exaspéré par les allusions
catho du discours de Sarko qui ne sont pas vraiment suivis d'acte (cf le travail le dimanche par exemple).


Cependant, je ne souscrit pas à votre conclusion. En effet, j'ai peur que votre prudence conduise à mettre sur le même plan des choses qui ne le sont pas.


Avec Hollande, il l'a annoncé, nous allons droit vers deux ruptures anthropologiques majeures. Celles ci toucheront, on le sait, le plus faible.


Avec N. Sarkozy, je le conçois, le plus faible peut aussi être touché. Seulement, le lien me semble beaucoup plus tenu. Est-ce qu'en votant Hollande on sauve vraiment le gamin sans papier ? Pour
quelle raison ? Et est-ce que le meilleur moyen d'aider les immigrés est vraiment d'abolir les règles concernant l'immigration ? Est-ce qu'en votant Hollande, on protège vraiment mieux les
travailleurs pauvres et les chomeurs ? Rien n'est moins sûr. Les riches, vous savez, même avec Hollande ils se débrouilleront très bien quitte à quitter la France et l'appauvrir encore plus.
D'ailleurs vous savez comme moi que ce sont des hommes de gauche comme Delors qui ont participé à l'installation de l'ultralibéralisme en Europe. Et c'est sous Sarko qu'on a mis en place le RSA !


Au final donc, je ne vois pas la situation comme symétrique. Et je voterai donc Sarko, pour éviter le pire, même si ce dernier m'a bien évidemment beaucoup déçu dans son quinquennat.

Michel 04/05/2012 23:31


"L'abstention, pour moi, c'est dire "je m'en fous"." (com.25 : Anna)


Pas si vite : je vous invite à prendre connaissance des arguments que posent ce monsieur (pas spécialement catho) à propos de l'abstention... que, pour ma part, je dénommerais plus volontiers jeûne de vote : ça, ça fait catho !



Difficile de soupçonner celui-là de "s'en foutre" : parce que prendre la peine d'exprimer cent raisons de ne pas voter, cela démontre qu'on s'intéresse infiniment plus à la question que moult
"indécis" de la dernière heure qui iront voter comme on va [auto-censure]... Certes, il y a à prendre et à laisser parmi toutes ces raisons. Il n'empêche qu'elles ont le mérite d'avoir été
posées... sans complexe, par celui qui les émet.
Bonne liturgie à ceux que cela intéresse, ce dimanche ! (Je cause de la vraie, bien sûr : pas celle... qu'on finirait par croire que c'est la vraie aussi)

Jean-Marie Achéritéguy 04/05/2012 21:25


(suite au commentaire)


 


/... J'avais, comme la plupart dans cette génération, mis ma conscience en sommeil. L'important était de comprendre la détresse des femmes
enceintes d'enfants non désirés (et il faut résolument la prendre en compte). Je n'avais aucun mal à me laisser convaincre que l'embryon était tout sauf une personne. Et déjà, à accepter l'idée,
étayée par les penseurs progressistes des années 70, que la sexualité était évidemment à dissocier des sentiments. Que la contraception allait donc de soi. Etc. Ce faisant nous pouvions (pardon,
il faut que les choses soient claires) faire l'amour au gré des envies et des pulsions, sans états d'âme. Et l'on avait clairement le sentiment de contribuer, de surcroît, au progrès de la
liberté.

Relisons Paul aux Romains et à Timothée. Il énumère et dénonce les effets de l'esprit malin sur l'esprit humain. Il ne craint pas de mettre en
garde ses frères contre ce qui se prépare et déjà se répand. "Dans leur prétention à la sagesse, ils sont devenus fous" (Rm 1, 22)

Pour finir, j'entends que des personnes qui se nomment "indignés" (septembre-octobre 2011) veulent se mobiliser en un même moment sur toute la
planète pour manifester leur refus de l'austérité liée aux méfaits du capitalisme mercantile, et leur refus de ce dernier. Pourquoi pas ....?
Et nous, baptisés, porteurs d'un grand désir de salut du monde, ne pouvons-nous pas appeler, et nous encourager, à nous rassembler, soit tous
les chrétiens du monde, à la même heure de grâce,
jour ou nuit selon les lieux où nous habitons, en une seule grande prière de communion, unanimes au sens premier, pour implorer et demander, avec Marthe Robin, une effusion de l'Esprit de
sainteté sur ce monde et sur son Église ? J'y aspire profondément. Car supplier c'est faire la louange de Dieu, dont on attend et désire la vie en abondance et le bonheur qu'il
promet.

Avec mon amitié de pauvre, croyez-le, je vous exhorte à oser nous parler en tant que prêtres, prophètes et rois. Prions les uns pour les
autres, maintenant." Jean-Marie Achéritéguy


Voilà, c'est ma façon de contribuer à votre réflexion, et comme personne qui n'a pas "le cuir dur".

Présentation

  • : Nystagmus
  • Nystagmus
  • : L'oeil d'une journaliste catholique dans le tourbillon de l'actu
  • Contact

En 140 signes

Recherche