Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 18:14

 

300px-Massacre_saint_barthelemy.jpgNous sommes aujourd'hui le 24 août. Selon le calendrier liturgique, nous fêtons saint Barthélémy. Et sur le calendrier historique, nous commémorons un massacre devenu emblématique des guerres de religion, le massacre de la Saint-Barthélémy.

 

On le sait aujourd'hui, il était au moins autant question de politique que de religion dans cet événement. Il n'empêche: même si ce massacre n'a jamais été ordonné par les chefs religieux de l'époque, ce jour reste comme une tâche noire sur le vêtement du Christ. Que des chrétiens tuent des non-chrétiens, c'est odieux; que des chrétiens se massacrent entre eux, c'est épouvantable.

 

Aujourd'hui, merci mon Dieu, nous ne nous entretuons plus. Mais soyons honnêtes, l'oecuménisme n'avance plus guère. A quoi cela tient-il?

 

Du côté des catholiques, on note un enthousisme mesuré et poli. Le dimanche qui clôt la semaine de prière pour l'unité des chrétiens, on invite le pasteur local à venir prêcher en lieu et place du sermon du curé, si le pasteur est une femme on roucoule que « quand même, elles ont une façon très différente de prêcher, c'est rafraîchissant » on récite un credo ensemble en s'extasiant du remplacement du terme « catholique » par « universel », et on retourne vivre tranquillement sa vie catho sans plus s'intéresser à la question pour les 364 jours avant la prochaine.

C'est un poil court non?

 

Côté protestant, il y a chez les réformés historiques, ne l'occultons pas, un anticatholicisme de base nourri justement des tribulations de l'Histoire. Je connais, dans les Cévennes, quelques familles dans lesquelles on est protestant de tradition, comme il existe des cathos de tradition, et pour qui voir un enfant épouser un/une catholique est encore vécu comme un drame.Et plus généralement, on s'offusque beaucoup, chez les réformés, des « positions du pape sur l'oecuménisme ».

Ces positions, qui ne sont pas celles du pape mais de l'Eglise catholique, quelles sont-elles?

  • - que seule l'Eglise catholique a la « plénitude de la révélation »

  • - que les églises protestantes ne sont pas des églises, mais des « communautés ecclésiales ».

 

Je vous l'avoue, j'ai toujours été très étonnée des réactions protestantes à ces deux affirmations. A chaque fois que l'on évoque ces deux points, on a l'impression d'être passible du Tribunal pénal international. Sur la première, certains réagissent comme s'ils étaient outrés que l'Eglise catholique pense... qu'elle a raison. Avec un minimum de bonne foi, concevez que si l'on croit en quelque chose, c'est qu'on pense effectivement avoir raison.La culture relativiste ambiante nous conduirait-elle à finir par vouloir que l'Eglise croie qu'elle a tort parce que d'autres ne pensent pas comme elle?

 

Sur la seconde assertion, les réactions sont tout aussi énigmatiques. Luther avait dit que l'Eglise catholique était la putain de Babylone dont parle la Bible, et beaucoup des fils de la Réforme, s'ils ne le disent pas, le pensent. Convenez que si nous, catholiques, sommes enfants de la putain de Babylone, nous sommes fort peu agressifs en traitant les protestants de « fils de communautés ecclésiales ».

 

Dire que l'Eglise catholique est la seule Eglise pleine et entière ne fait pas des catholiques des chrétiens meilleurs que les autres.Et les autorités catholiques sont très claires là-dessus: dans le « Directoire pour l'application des principes et des normes sur l'oecuménisme », il est écrit ceci: « [les catholiques]confessent que la totalité de la vérité révélée, des sacrements et du ministère, que le Christ a donnée pour la construction de son Eglise et pour l'accomplissement de sa mission, se trouve dans la communion catholique de l'Eglise. Certes, les catholiques savent qu'ils n'ont pas personnellement vécu ni ne vivent pleinement des moyens de grâce dont l'Eglise est dotée. » En gros: il nous a été donné de pouvoir vivre pleinement en chrétiens grâce aux moyens donnés par l'Eglise, ce qui ne veut pas dire qu'on le fasse, loin de là. Je le dis avec d'autant plus de liberté que je dois mon retour à la foi à une protestante évangélique (darbyste) et que mes meilleures amies sont en grande majorité protestantes. Et je connais quelques pasteurs qui, n'ayant pas ce que je considère être la chance de pouvoir profiter de cette plénitude de la Révélation contenue dans l'Eglise catholique, sont pourtant plus proche du Christ que je ne l'ai jamais été.

 

Si le dialogue oecuménique patine aujourd'hui, c'est parce qu'à mon sens nous avons fait le tour d'un certain oecuménisme cherchant le plus petit dénominateur commun à tout prix, au risque de cacher d'un voile pudique tous les désaccords, toutes les aspérités.Cela donne des célébrations pleines de symboles mais sans grand intérêt. Les catholiques rentrent chez eux en restant convaincus que si les protestants étaient moins de mauvaise foi, ils cesseraient d'enlever du canon biblique tous les livres qui ne vont pas dans le sens de leur doctrine. Et les protestants, persuadés que si les cathos étaient moins ignares, ils liraient l'épître aux Hébreux ou aux Romains, et que tout à coup les écailles tomberaient de leurs yeux.

 

Or l'oecuménisme vrai – comme toute vraie rencontre d'ailleurs – présuppose au minimum de ne pas prendre l'interlocuteur pour un imbécile ou un ignorant. Cela suppose également de parler le même langage. Et donc qu'avant de se balancer à la tête qu'il faut baptiser enfant ou adulte, on comprenne que le baptême des enfants, chez beaucoup d'évangéliques, est aussi absurde que pourrait l'être la confirmation des nouveaux-nés chez les catholiques

 

Mais pour trouver un langage commun, encore faut-il être à l'aise dans sa langue maternelle. Et ma langue maternelle, c'est l'Eglise catholique, ses dogmes, sa liturgie, sa tradition, sa succession apostolique. C'est pour cela que, toute persuadée que je suis de l'importance cruciale de l'oecuménisme, en particulier dans un temps où les chrétiens sont menacés de se retrouver au musée des vieux trucs inutiles, je signe des deux mains l'initiative de Jean-Baptiste Fourtané, créateur du journal catho gratuit « L'1visible », qui a lancé sur Facebook une initiative qui mérite un peu mieux que les ricanements de circonstance. Parce qu'avant de faire l'unité de l'Eglise du Christ, il faut faire la sienne propre et affirmer ce que l'on est.

 

Pour la Saint-Barthélémy, ce soir, comme chaque année, ce sera barbecue avec mes amies protestantes pour changer des bûchers d'autrefois. Et nous ne craindrons pas de nous mettre les unes et les autres sur le grill de nos convictions, même si plus les années passent, plus je crois que l'oecuménisme, il passe davantage par le compagnonnage de chaque jour avec des proches que par des célébrations de bonne conscience avec des inconnus – puissent les dernières susciter les premières!

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Eglise universelle
commenter cet article
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 10:49

IMGP6896.JPGMa paroisse, je ne l’ai pas choisie : c’est celle de mon secteur. Elle est en haut d’une colline : Lyon en a deux, « une qui travaille et une qui prie », une appelée Croix-Rousse qui est une icône de l’histoire ouvrière et une appelée Fourvière, où trône une basilique de style néo-stalinien byzantin célèbre dans le monde entier.

Ma paroisse se situe donc sur la colline de Fourvière. A première vue, l’église  ne vous tape pas dans l’œil : un grand bâtiment blanc d’aspect très XIXe, et du XIXe le plus néo-classique qui soit, entouré d’un grand mur.

Dans ma paroisse, le curé s’appelle Franck, et il fait reculer à lui seul de pas mal d’années la moyenne d’âge des prêtres diocésains. Le dimanche, ma paroisse affiche sa bonne santé avec une assemblée hétéroclite, composée des étudiants de la résidence universitaire toute proche, des nombreuses familles avec enfants en bas âge, des religieuses des cinq ou six plus proches congrégations, de retraités aussi. J’aime profondément ma paroisse, sœur Michèle de la communauté du Cénacle à qui je peux laisser mes enfants pendant que je suis à la messe, les mamans du caté qui prennent le café ensemble après la messe du mardi matin, les têtes nouvelles ou connues que j’y croise le dimanche.

La suite de ce papier, c'est ici, chez les Sacristains.

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Eglise universelle
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 09:05

Vous trouverez sur le site www.appelaverite.fr le fruit de notre travail, à Koz, François taillandier, Frigide Barjot et moi.

Faites tourner!

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Eglise universelle
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 15:20

jpg_pakman-roi-du-maroc.jpgPendant que nos médias occidentaux se délectent à regarder dans le caleçon des prêtres et à vouloir impliquer Benoît XVI dans les affaires de pédophilie dans l’Eglise, les persécutions anti-chrétiennes continuent dans le monde. L’Aide à l’Eglise en Détresse nous le rappelait fort opportunément mercredi soir, en organisant sa 2e Nuit des Témoins à Saint-Sulpice (vidéos à venir bientôt sur le site de l’AED). Le Pakistan, toujours lui, est revenu dans cette triste actualité avec un fait divers particulièrement atroce qui n’a guère fait la Une de vos journaux. Je voudrais revenir dans ce billet sur la situation des chrétiens au Maghreb, plus précisément au Maroc, et surtout (que voulez-vous, c’est mon dada) sur la façon dont la presse française a traité l’événement.

Ou plutôt, sur la façon dont la presse française n’a pas traité l’événement.

En effet il n’y a guère que Famille Chrétienne qui se soit penchée (un peu) sur l’affaire des protestants évangéliques expulsés du Maroc pour « prosélytisme ». Courrier International y consacre quelques lignes et l’AFP donne la version à charge (comme souvent dès qu’il s’agit de christianisme).

Je vous cite cette dépêche de l’AFP du 9 mars dernier en intégralité :

De nombreux missionnaires étrangers, accusés de prosélytisme chrétien dans le Moyen-Atlas (centre), ont été "dernièrement" expulsés du Maroc, a annoncé lundi soir le ministère marocain de l'Intérieur dans un communiqué.
Le ministère n'a précisé ni le nombre de ces missionnaires, ni leur identité. Mais une source informée, interrogée par l'AFP, les a chiffrés à "une vingtaine de personnes, originaires en particulier d'Europe".
"Parmi les expulsés, figurent 16 personnes, résidents et dirigeants d'un orphelinat situé dans la commune de Aïn Leuh" (province d'Ifrane), selon le ministère.
Les personnes mises en cause, selon la même source, "mettaient à profit l'indigence de quelques familles et ciblaient leurs enfants mineurs qu'ils prenaient en charge, en violation des procédures en vigueur en matière de kafala (adoption) des enfants abandonnés ou orphelins".
La mesure d'expulsion s'inscrit dans le cadre de la "lutte menée contre les tentatives de propagation du crédo évangéliste, visant à ébranler la foi des musulmans", a poursuivi le ministère, soulignant que le Maroc a agi "conformément aux dispositions légales en vigueur, pour la préservation des valeurs religieuses et spirituelles du royaume".
"Sous couvert d'actions de bienfaisance, ce groupe s'adonnait également à des activités de prosélytisme visant des enfants en bas âge, n'ayant pas plus de dix ans", a encore indiqué le ministère, notant que dans le cadre de l'enquête ordonnée par le parquet général, des centaines de prospectus et de CD ont été saisis.

Soyons juste avec l’AFP : si elle a repris à la ligne près la position des autorités marocaines, elle n’est pas allée jusqu’à relayer les rumeurs les plus folles qui courent sur les chrétiens, rumeurs relayées par la quasi-totalité d’une presse locale aux ordres du gouvernement (le Maroc est classé 106esur 169 pour la liberté de la presse selon Reporters sans Frontières),  à une notable exception près, sur laquelle nous reviendrons plus tard.

 Voici par exemple le dossier que l’on peut trouver dans les colonnes de L’Observateur du Maroc , hebdo CSP+++ qui se présente comme « un journal de référence, dédié à l'élite engagée en faveur de la modernité, de la démocratie, de l'intégration à l'économie internationale, de l'extension des libertés publiques et individuelles ", et privilégiant l'enquête et les analyses » :

Le papier est signé du rédacteur en chef de l’hebdomadaire, signe de son sérieux. Je ne vous mets pas son article en intégralité, vous pouvez cliquer là pour le lire. Mais résumons : les chrétiens expulsés se sont attaqués à des enfants sans défense, ont enfreint la loi sur le prosélytisme qui est une très bonne loi, et attaquer la loi c’est attaquer le Roi, et à cause d’eux les ONG vont avoir du mal à bosser, etc.

A la suite de cet éditorial, vient une enquête. Et pas n’importe quelle enquête : on a dépêché sur place un envoyé spécial qui commence par donner la parole à l’imam local, lequel accuse les chrétiens qui géraient l’orphelinat Village of Hope d’avoir encouragé les prostituées locales à tomber enceintes afin de recueillir et de baptiser les enfants. Ensuite, on explique les vraies raisons des 4 conversions d’adultes recensées à Aïn Leuh : l’un pour avoir de jolies fringues et un portable, l’autre parce que pasteur, c’est mieux que maçon, le troisième pour pouvoir émigrer tranquillos en France, et le quatrième on sait pas, mais ça doit pas être bien jojo. Puis on nous explique que selon l’imam-mais-pas-que-lui-d’autres-gens-du-village-sont-témoins, ces affreux chrétiens (qui faisaient enseigner l’islam aux orphelins, comme le veut la loi) racontaient aux enfants que Jésus offre des cadeaux et que Mahomet les vole. Et refusaient que les gens du village adressent la parole aux inconnus. Bouh les affreux.

Vous me direz, c’est pas tellement étonnant, la presse au Maroc est aux ordres, le régime durcit depuis 2009 sa répression envers toute contestation, comme d’habitude les chrétiens sont désignés comme responsables de tout ce qui va mal dans le pays, bref, rien de neuf sous le soleil.

Là où ça devient un poil plus bizarre, c’est qu’ici en France on n’évoque pas cette histoire. Et c’est plutôt étonnant : les journalistes adorent les évangéliques d’habitude. Il n’y a qu’à voir le Nouvel Observateur, qui les met régulièrement en Une avec des beaux titres bien flippants, L’Express qui les compare aux islamistes, etc., etc.  Comment expliquer que mes confrères des grands médias aient loupé une occasion pareille ?

Première raison : on est en train d’essayer de faire la peau à Benoît XVI, on peut pas tout faire, là on a notre quota de christo-bashing. Il y a sans doute un peu de ça.

Deuxième raison : et si nos journalistes français avaient des intérêts dans la presse marocaine ?

Ce serait drôle non ? Imaginons un instant que plusieurs journalistes français, qui ont des postes important au Point, à l’Express, à Libération, à Rue89, qui seraient estampillés de ce côté-ci de la Méditerranée « spécialistes du Maghreb », écrivent dans le journal marocain dont je vous parle dans ce billet. Imaginons que du coup, ces braves confrères se retrouvent un peu gênés aux entournures pour critiquer ici une politique que leurs employeurs de là-bas soutiennent. Fiction me direz-vous ?

Pas tant que ça. Voici les noms.

Dominique Lagarde, grand reporter à l’Express.

Mireille Duteil, rédactrice en chef adjointe au Point.

José Garçon, journaliste à Libération et Rue89.

 

Ils composent la rédaction de L’Observateur du Maroc depuis son lancement en 2002, avec Naïm Kamal, conseiller à la direction de L’Opinion, un journal proche du parti nationaliste et monarchiste Istiqlal.

Sans commentaires.

 Je préfère vous donner à lire l’éditorial sur ce sujet d’un grand journaliste, le créateur du seul journal marocain réellement indépendant, un journal qui malgré les intimidations, les procès et les amendes pour « atteinte aux bonnes mœurs et au respect dû à la monarchie », continue d’écrire librement. Un exemple pour la presse française. Voici la fin de son article:

"Quant à l’expulsion manu militari de présumés contrevenants à la loi, sans qu’on leur laisse la moindre chance de s’expliquer devant la justice, c’est une nouvelle pierre ajoutée à cette montagne de preuves, face à laquelle même les plus diplomates des “amis du Maroc” (dont l’ambassadeur des Etats-Unis) ne parviennent plus à rester silencieux : chaque jour, notre pays s’éloigne un peu plus de l’Etat de droit. Chaque jour, il écorne un peu plus son image, déjà largement surfaite, de “pays d’ouverture et de tolérance”. A cause d’un calcul politique aussi méprisable que dangereux (contrer les intégristes en les doublant sur leur terrain), l’Etat marocain est en train de nous plonger dans les ténèbres - en détruisant au passage la vie d’orphelins innocents. C’est honteux, c’est misérable… et c’est effrayant !"

 

Repost 0
Published by Nystagmus - dans Eglise universelle
commenter cet article

Présentation

  • : Nystagmus
  • Nystagmus
  • : L'oeil d'une journaliste catholique dans le tourbillon de l'actu
  • Contact

En 140 signes

Recherche